polarsncfCertains jours j'épouserais volontiers le facteur... Quand par exemple je trouve une enveloppe dodue dans ma boîte, qui de vient d'aucuns de mes correspondants ayant l'habitude de m'envoyer des lettres, des livres, des photocopies d'articles, du thé... bref, ces mille et un petits cadeaux tellement agréables à recevoir par la poste.

Qu'était-ce donc? ô surprise, une mignonne boîte de bonbons! des cachous? non, de petites dragées menthe-réglisse absolument délicieuses. Et en quel honneur me demanderez-vous? Eh bien, parce qu'il y a si longtemps de ça que je ne m'en souvenais même plus, je m'étais inscrite au "Prix du polar SNCF", sauf que j'avais bien vite laissé tomber, parce que pas grand chose ne m'intéressait, et tout de même, il fallait acheter les livres. Sauf que... la lettre jointe (eh eh, excusez-moi de considérer les bonbons comme l'objet principal de l'envoi), la lettre donc m'annonçait, tadam! qu'il y a maintenant moyen de gagner les livres de la sélection!

Mais tout n'est pas sucré dans ce billet. Car, par une association de faits de la plus belle logique, j'en viens à vous signaler que la maison d'édition Après la lune, qui publie Camino 999, l'un des livres de la sélection d'été, se voit intenter un procès par l'Opus Dei, pour supposée diffamation. Ce blog n'est pas assez souvent le lieu où je réfléchis à ce qui gravite autour de mes "activités" de lectrice, et je ne trouve pas si mal, pour une fois, de tartouiller un peu dans le vilain chaudron de la censure...

Je n'ai pas de tendresse particulière pour un mouvement religieux qui, s'il n'est pas reconnu officiellement comme une secte, a des pratiques et des copinages politiques qui me font gerber (et j'assume ma vulgarité). Qu'il s'en prenne, du haut de sa puissance, à une maison d'édition jeune et à petits moyens me fait bondir. Mais au-delà, ce qui se profile en cas de condamnation de l'éditeur est une jurisprudence qui lui laisserait le champ libre en matière de muselage de la liberté d'expression. Et ça c'est, à mon avis, intolérable.

Enfin, petit avertissment: j'ai bien conscience de l'aspect polémique du sujet, donc tout commentaire de contradiction (que j'accepte a priori) qui ne se ferait pas en termes mesurés et respectueux sera supprimé.