17 septembre 2007

La grammaire est une chanson douce, Erik Orsenna

Certains livres m'ont à l'usure... "On" m'en parle, beaucoup... Et un jour l'occasion se présente. Je lis davantage pour savoir que par envie. Parfois je regrette, parfois pas. Et effectivement, je n'ai pas regretté d'avoir lu celui-ci. Déjà parce qu'il est si court, si léger, que je ne pouvais avoir l'impression de perdre mon temps. Et puis parce qu'il parle du plaisir que l'on éprouve à manipuler les mots, à les dire, à les accorder, à les écrire. Et enfin de leurs pouvoirs et de leurs besoins. Alors oui, pour les gros... [Lire la suite]
Posté par ekwerkwe à 07:08 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 août 2007

Les derniers hommes, Pierre Bordage

Les derniers hommes, ce sont ceux qui ont survécu aux horreurs de la troisième guerre mondiale: des peuples nomades, qui se partagent les rares ressources non contaminées, et le pouvoir qui en découle. Les Aquariotes et leurs sourciers ont le monopole de l'eau et un donneur, un clairvoyant qui lit dans les âmes, ce qui fait d'eux le groupe le plus essentiel des nomades et attise la jalousie des ambitieux.Le monde n'est pas à reconstruire: la survie est déjà un problème bien assez difficile. Mais une force est à l'oeuvre. Une force qui... [Lire la suite]
Posté par ekwerkwe à 07:28 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags : , ,
11 août 2007

Os de Lune, Jonathan Carroll

Le jour, Cullen vit à New-york, avec son mari plus charmant qu'un prince et sa jolie petite fille. La nuit elle explore Rondua avec son fils Pepsi, des animaux géants qui les portent quand ils sont fatigués, et des Os de lune à rassembler, pour mettre fin à la guerre qui ravage l'île. Le problème avec Rondua, c'est que ça rend la vie à New-York un peu moins intéressante qu'elle ne le devrait quand on y a une famille. Les rêves de Cullen se font de plus en plus présents. Et ils ont aussi l'air de plus en plus réels - jusqu'au... [Lire la suite]
Posté par ekwerkwe à 07:56 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
06 août 2007

L'élégance du hérisson, Muriel Barbery

Amicalement poussée par vos encouragements, amies bloggueuses (les hommes sont rares par ici), et furieuse de m'être bêtement mis la pression, j'ai fini par trouver un peu de courage du dimanche. On y va. Maligne (ô combien!), j'ai offert L'élégance du hérisson à ma môman, qui l'a lu, l'a aimé (comme tout le monde), et me l'a prêté. Ma générosité est sans faille, n'est ce pas? Il faut dire quand même que j'étais certaine d'offrir un livre fabuleux (parce qu'en principe, je n'offre que les livres que j'ai déjà lus). Mes espérances... [Lire la suite]
Posté par ekwerkwe à 07:59 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags : , ,
05 août 2007

La raison du meilleur est toujours la plus forte, René Reouven

Si des lunettes noires suffisent à faire une aveugle, il faut bien davantage que des intentions assassines pour faire un tueur. Peut-être même n'y faut-il que les meilleures intention du monde? On ne se méfie jamais assez des romantiques... Surtout enfermés dans une auberge en montagne, coincés par une avalanche, avec une galerie de personnages plus troubles les uns que les autres. Tout a déjà été chanté à propos des histoires d'amour qui finissent mal en général, mais ici les dommages collatéraux montent à la hauteur de l'ingénue... [Lire la suite]
Posté par ekwerkwe à 07:22 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
01 août 2007

Cent ans de solitude, Gabriel Garcia Marquez

Fresque grandiose, le roman raconte le destin d’une lignée condamnée à cent ans de solitude : celle des Buendia, qui ont fondé le village de Macondo. S’il en existe un, ce roman est le manifeste du réalisme magique. L’auteur ne s’embarrasse pas réellement de psychologie. Il plonge ses personnages dans la passion, la violence, le sexe et la mort, mais là où d’autres auteurs écrivent sur l’absurde et le désespoir, Garcia Marquez sature sa tragédie de poésie : elle en sort pleine d’un sens confus, obscur,... [Lire la suite]
Posté par ekwerkwe à 07:09 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , ,

23 juillet 2007

Le projet afghan, Claude Mercadié

Voilà quelque temps que ce bouquin traînait dans ma bibliothèque, acheté d'occase parce que j'aime, sans bien la connaître, sa maison d'édition: L'écailler du Sud. J'aime le jeu de mots de son nom (moi qui pourtant n'aime pas trop ces jeux-là), son ambition et sa modestie, et puis le fait aussi qu'elle est de par chez moi, pas forcément par chauvinisme, mais parce que cela crée une proximité rassurante: alors nous aussi, ici, si loin de Paris, on peut? Oui, on peut! Soit, donc, un bel hidalgo en mission archéologique pour la... [Lire la suite]
Posté par ekwerkwe à 07:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 juin 2007

Honor Harrington I - Mission Basilic, David Weber

Où l'on apprend  que les chats sylvestres, qui ont six pattes, ne font pas "miaou" mais "blic". C'est original.Où l'on apprend qu'un trou à vers, en plus de rapporter beaucoup d'argent, peut être d'une importance stratégique vitale. C'est insoupçonné.Où l'on apprend que l'héroïne peut ne pas être belle et avoir les cheveux du châtain le plus banal. Ce n'est pas banal.Où l'on apprend qu'il suffirait presque de s'appeler Honor pour avoir le sens de l'honneur. C'est moins évident qu'il n'y paraît.Où l'on apprend... [Lire la suite]
Posté par ekwerkwe à 07:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
18 mai 2007

L'envol, Xiaoyu Zhang

Il y a en France un "spécialiste de la BD chinoise": c'est la prometteuse maison d'édition Xiao Pan, sise à Figeac, dans le Lot (ben oui!), et que je viens de découvrir avec le titre L'envol, qui groupe deux histoires courtes, Qiao Zhengfei, inventeur, et Timi, adaptée de la nouvelle L'enfant du temps (Child of time) d'Isaac Asimov. Zhengfei est le fils d'un ingénieur qui s'est suicidé pour échapper aux persécutions du régime communiste chinois. Sa fascination pour les avions est en partie un hommage à ce père... [Lire la suite]
Posté par ekwerkwe à 09:29 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,
11 avril 2007

La formule préférée du professeur, Yoko Ogawa

Ils sont trois: le professeur de mathématiques qui a une "bande magnétique mémorielle" de 80 minutes, sa nouvelle aide ménagère, et le fils de celle-ci, Root. Entre eux, les chiffres créent des liens subtils, et les formules déroulent leur époustouflante vérité. Il n'y a pas grand chose à résumer de ce roman: comme dans les autres livres de Yoko Ogawa (ceux que j'ai lus du moins), l'essentiel n'est pas l'histoire, mais les personnages, et les relations qu'ils nouent. Et ce qui fait le lien est ici la beauté des... [Lire la suite]
Posté par ekwerkwe à 13:47 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,