blog___pi_ce_hexagLa petite pièce hexagonale attire les gens à elle, à un moment de leur vie où ils ont besoin d'elle, besoin d'aller s'asseoir sur son petit banc, besoin de parler, se raconter, s'interroger, s'écouter, se taire peut-être: personne ne sait ce qu'y font les autres... On  n'a pas souvent l'occasion de mettre des mots sur ses souvenirs, ses émotions. La petite pièce hexagonale est là pour ça, elle crée l'occasion. Il n'est pas facile de la (re)trouver, car si elle reste au même endroit, le chemin n'est jamais tout-à-fait le même. Peut-être faut-il en avoir très envie, ou réellemeent besoin?

Voilà une novella au fond très étrange, très métaphorique. Une histoire si courte, si dépourvue d'événements que je ne suis pas certaine de l'avoir parfaitement comprise. Mais j'y ai retrouvé avec grand plaisir la marque légère et élégante de Yoko Ogawa: des personnages au bord du déséquilibre; l'élément aquatique, comme toujours fétiche et intime; des descriptions évocatrices, basées qur quelques détails démesurément grossis, analysés avec une précision d'enthomologiste...

Au passage, un grand merci à Swann qui me l'a offert.